Partager cette page :

Kilian Mousset – Doctorant à Rennes

STAPS (Histoire) – Soutenue

La Mode du Ping-Pong de 1901 à 1939 : D’un jeu de salon mondain à un sport moderne

Du jeu de société dans les salons mondains au début du XXe siècle au sport couru
des années 1932 et 1933, ce jeu de balle casse une représentation réductrice et vestimentaire
de la mode. Le ping-pong, qui est à l’origine une simple boîte de jeu, connaît deux forts
engouements au cours de la première moitié du XXe siècle. En 1902, la mode est au
divertissement de salon prétexte à la distinction sociale. Prenant place après les dîners de la
Haute bourgeoisie, la droiture du corps est de rigueur. Le jeu respecte un code de galanterie
qui en fait un jeu lent. Sa mode s’estompe dès 1903 lorsque le jeu se démocratise à la petite et
moyenne bourgeoisies. Vivotant en tant que jeu de salon anodin, le ping-pong réapparaît
comme une nouveauté en 1932 et 1933. Il est décrit comme un spectacle sportif à l’image de
ses champions, de leurs prouesses techniques et des efforts physiques. Il prend également la
forme d’une mode populaire en gonflant les rangs du sport ouvrier. Cette reconnaissance
sportive dans les représentations sociales est effective quelques années après son
institutionnalisation. Discours monolithique, la mode cache et relance aussi d’autres vogues.
Une réminiscence bourgeoise en fait un jeu prisé des lieux de villégiature. Il se développe
également au travers des cafés. L’apogée passée, le ping-pong « sport » perd des effectifs
dans les fédérations au milieu des années 1930. Son image sportive chancelle. Elle s’explique
par la place difficilement mesurable du jeu informel qui contente les pratiquants. Ce
divertissement est alors autant perçu comme un jeu de détente qu’il constitue une manière
informelle de faire du sport en dehors des institutions.

Mots clefs : Ping-Pong, Tennis de table, Mode, Sport, Jeu, XXe siècle

Télécharger la thèse en ligne

Mise à jour le 22 janvier 2018